Laisser Lucie Faire

06 décembre 2018

Une tarte aux légumes qui déchire

Appartement temporaire oblige (mais ça va changer très bientôt : YEAH !), on n'est pas très équipé côté cuisine.
On ne va pas se mentir, Airbnb c'est bien pratique, mais on sent bien qu'il n'y a personne qui vit dans ces appartements à long terme et il n'y a que le minimum (en tout cas dans la plupart de ceux qu'on a testé). 
Comme souvent, on a donc acheté deux trois trucs pour pouvoir cuisiner, étant donné qu'on a énormément de mal à manger tous nos repas dehors. C'est marrant trois jours, mais après on a trop besoin d'une assiette de légume et de plats dans lesquels on contrôle un minimum les choses (le sel et le gras notamment).
Et puis qui dit nouveau pays dit nouveaux produits alimentaires. Il faut se familiariser avec ce qui fait ici, où trouver chaque chose. C'est rigolo de voir que ce qui semble évident dans certain pays et super compliqué à trouver dans d'autres. Mais on vit tout de même à une époque merveilleuse où énormément de choses sont facilement accessibles à travers les supermarchés, même pour les gens compliqués comme nous qui ne consommons pas de produit de vache, de gluten et qui avons une lourde tendance à pencher vers les produits biologiques. 

On fait donc avec tout ça. Et ce qui est merveilleux c'est que ça nous fait regarder des recettes qu'on utilisait fréquemment sous d'autres angles ou alors on expérimente de nouvelles choses. C'est comme ça que j'ai trouvé une recette de petits biscuits ne nécessitant que 4 ingrédients, un samedi matin alors que je ne savais pas quoi faire pour égailler le petit-déjeuner des enfants avec le peu qu'on avait dans les placards. Et de fil en aiguille j'ai passé un moment sur ce site au rayon recette et j'en ai trouvé une autre qui a fait tilt et qui est le sujet du jour. 

ok pour le blog (8 sur 7)

 
Passons sur le fait que je n'aime pas trop utiliser le mot "pizza" quand on ne fait pas une vraie pizza. À savoir une tarte salée sur une base de pâte à pain qui se tient dans la main. Comme j'ai fait à ma sauce, je la renomme aussi au passage en "tarte au légume qui déchire" en toute simplicité.

Ce qui nous a plu dans cette tarte, outre son goût délicieux, c'est l'aspect un peu inversé de la tarte : c'est croquant sur le dessus avec les légumes et moelleux (voir mou) sous le dessous. Vous l'aurez compris, on ne la mange pas avec les doigts.

Il faut s'y prendre un poil en avance pour cette recette, 2 heures au minimum. Mais si vous voulez mettre vos légumes à mariner une journée ou une nuit complète avant c'est aussi tout à fait possible.

Ingrédients pour 4 personnes :
   Pour la pâte
                           1 kg de patate douce
                           200 à 300 g de farine (sans gluten pour nous, j'ai mis moitié fécule de pomme de terre + moitie farine de riz) 
   Pour la garniture 
                          1 boite de tomate concassée
                          1 gros oignon émincé
                          1 poivron émincé
                          1 courgette découpée en lamelles dans la longueur
                          2 gousses d'ail pressées
                          200 g de champignons frais pelés et émincés
                          herbes de provence
                          huile d'olive
                          fromage de brebis râpés (type Manchego ou Pecorino)
                          sel poivre

Placer tous les légumes dans un plat, arroser d'huile d'olive, sel, poivre et herbes de provence. Bien mélanger puis laisser mariné au moins une heure.

ok pour le blog (4 sur 7)

 

Éplucher puis couper la patate douce en cubes. Cuire à la vapeur ou à l'eau 20 minutes jusqu'à ce quelle soit assez molle pour en faire une purée.
Préchauffer le four à 180 degrés.
Écraser là et mélanger avec la farine : commencer avec 200g de farine puis augmenter au fur et à mesure si besoin. Suivant le mode de cuisson, la patate douce ne sera pas aussi aqueuse et ne nécessitera plus ou moins de farine. Le but est d'obtenir une boule de pâte pour pouvoir l'étaler sur une plaque du four. J'ai pour ma part étaler avec les mains.
Faire cuire la pâte 20 minutes, jusqu'à ce quelle soit joliment dorée.

ok pour le blog (3 sur 7)

On ajoute ensuite une couche de tomate et les légumes marinés.

ok pour le blog (5 sur 7)

 

Une généreuse couche de fromage.

ok pour le blog (6 sur 7)

 

Et on cuit le tout 20 bonnes minutes.

ok pour le blog (7 sur 7)

 

On a plus qu'à passer à table !                            


03 décembre 2018

Notre histoire d'amour familial avec le yoga

Ce n'est pas la meilleure saison pour passer des heures dehors (même si c'est bieeeeeeeeen plus facile à faire au Portugal qu'en Suède pour des raisons évidentes). Pour autant, les enfants ont besoin de se dépenser et d'avoir une activité physique qui les canalisent un peu (autre que courir en rond entre leur chambre-la chambre des parents-le balcon, sous peine d'avoir des parents qui deviennent complètement zinzin).

upward-dog-yoga-pose_4460x4460

Le yoga est quelque chose (un sport, une méditation, un re-centrement sur-soi... choisissez la définition que vous préférez) que je pratique depuis plusieurs années. J'avais commencé complètement par hasard suite à la découverte du programme P90X avec une amie. Dans ce fabuleux programme de remise en forme intense, il y a une fois par semaine 1h30 de yoga. J'avais trouvé ça super intelligent pour équilibrer toutes les pressions et tensions importantes que la pratique de ce programme apportait au corps (mon côté ostéo qui ressort). J'avais vraiment adhéré et continué régulièrement la pratique du module même après la fin du programme.
Si vous jetez un oeil à quoi ça ressemble et que vous avez une idée de ce qu'est le yoga, vous vous rendrez compte que c'est un entraînement plutôt hardcore (surtout pour une introduction) et qui privilégie vraiment le côté physique et intense à l'aspect mental, re-centrement...du yoga. Depuis ma pratique a évolué et suivant les jours je fais des choses beaucoup plus cool. 

Quoi qu'il en soit, depuis 6 ans que j'ai commencé, je pratique régulièrement le yoga à la maison.
Après la naissance de la choucroute, ma première séance avait été un pur moment de bonheur quand j'avais eu la sensation de m'étirer pour la première fois autour de la cicatrice de la césarienne. La choucroute m'a donc vu souvent pratiquer depuis qu'elle est toute bébé, et lorsqu'elle a eu environ un an, elle faisait des mouvements, notamment dans son bain, de yoga. Lors de ma deuxième grossesse re-belote, j'ai beaucoup utilisé le yoga autour de mon accouchement, notamment pour me re-mobiliser en douceur dans mon lit, quand je ne pouvais pas me lever. J'en faisais même en allaitant. De là à dire que le pépouillou à téter du yoga dès la naissance il n'y a qu'un pas.

ok pour le blog (1 sur 1)


Et c'est donc plutôt naturellement qu'ils m'ont suivi, d'abord la choucroute et plus récemment le pépouillou, sur mon tapis de yoga, et qu'ils ont demandé à pratiquer eux aussi. On est donc parti à la recherche de mouvement qui pourrait leur convenir.

Youtube a été notre ami, et la toute première vidéo qu'à beaucoup pratiquer la choucroute est celle-ci. Elle aimait beaucoup le principe d'avoir une histoire raccontée et retenait bien les positions ainsi. On l'a connaissait plutôt bien et on pouvait reproduire les positions quand on voulait pratiquer mais qu'on n'avait pas d'ordinateur sous la main.

Suivant cette idée de pouvoir faire du yoga sans écran, j'avais trouvé cette fiche bien sympa et je l'avais imprimé. D'ailleurs, en recherchant l'original, j'y avais eu accès grâce à un message sur un groupe de parents internationaux facebook, j'ai vu qu'il y en avait une autre, je les note au passage pour les retrouver plus tard ;).

ok pour le blog (2 sur 1)

Et puis à Noël dernier, la marraine du pépouillou (une amie merveilleuse) nous a offert le super livre "100% yoga des petits". Il s'agit d'un livre qui se repli et se pose pour pouvoir voir les mouvements pendant qu'on les fait. Il y a aussi un DVD qui montre les enchaînements. La choucroute l'aime beaucoup et on l'a souvent utilisé (plus le livre que le DVD qui est un poil mou). 
Depuis on c'est aperçu qu'une autre vidéo trouvable sur youtube en avait été faite, et maintenant qu'on est loin de notre livre (resté en Suède) les enfants sont ravis de pouvoir regarder et utiliser cette vidéo. 

Dernièrement on s'est donc beaucoup remis à utiliser l'ordinateur et il y a plusieurs vidéos bien sympa quand on tape dans youtube "yoga pour les petits" qui apparaissent : quelques-unes faites par le magazine, une faite par une québécoise (mais la choucroute a un peu du mal avec l'accent) et pleins d'autres, ça évolue régulièrement et c'est très chouette !

ok pour le blog (2 sur 7)


Le pépouillou a vraiment mis plus de temps que sa grande soeur à s'y mettre. Pour elle, dès les premières fois où j'ai lancé une vidéo, elle était debout en train d'essayer d'imiter les mouvements. Lui il a passé beaucoup de temps à regarder les vidéos pendant que sa soeur pratiquait. Et depuis qu'on est au Portugal il s'est mis à faire les mouvements, c'est même lui qui demande à faire du yoga ! Comme quoi chacun son rythme et son fonctionnement.

Pas de raison qu'il n'y en ai que pour les enfants. Dans ma pratique en ce moment, j'utilise particulièrement la chaîne "Yoga with Adrienne". Comme son nom l'indique, c'est en anglais. Mais il y a une multitude de vidéos et tout le monde peut y trouver son bonheur.

 

 

30 novembre 2018

Premières impressions portuguaises

Aujourd’hui parlons de nos premières impressions sur le Portugal après nos deux premières semaines dans le pays.

Comme tout un chacun, au premier abord on a déjà une idée, pour ne pas dire des préjugés, sur ce à quoi on s'attend d'un pays, d'une culture, des personnes peuplant cet endroit.
Ensuite, on se renseigne et on apprend beaucoup de choses grâce à internet et l'expérience d'autres personnes qui y ont voyagé ou vécu.
Avec tout ça on se jette à l'eau dans l'"inconnue" et on voit ce que ça donne.


Un rythme différent

On essaie d’avoir l’esprit large et de ne pas avoir ces fameux préjugés autant que possible. Cependant, on sent bien qu’il y a une forte différence entre le nord et le sud. Ici tout est beaucoup plus… relaxe ? nonchalant ? lent ? Quoi qu’il en soit le rythme n’est pas le même et tout prend plus de temps et semble moins précis. On s'y attendait bien sûr. N’empêche qu'il y a toujours un pas entre ce qu'on a compris et admis intellectuellement et ce qu'on expérimente. N'empêche que quand on est habitué à une certaine réactivité ce n’est pas évident. Ici on attend en moyenne quatre jours avant d’avoir une réponse à des demandes par mail, une livraison peut prendre un jour de plus sans aucune raison, les choses prévues de longue date ne sont pas pour autant organisées au bon moment. Il faut se mettre en mode cool et relâcher le control freak qui est en nous quoi.


La nourriture ici est riche, abondante et peu chère

DSC_0473ok 
On avait déjà fait cette constatation lors de nos premiers séjours, mais ca se confirme. Pour l’instant on vit dans un quartier résidentiel éloigné du centre-ville et il y a deux restaurants de quartier que nous avons beaucoup fréquentés à notre arrivée. Ils proposent deux plats à chaque fois et c’est sur le même modèle : une soupe en entrée (toujours au Portugal), c’est le moment où on mange des légumes (quand ce n'est pas une soupe poulet, bouillon, pâtes !). On nous propose souvent de la mixer pour les enfants car il y a souvent des légumes en morceaux (pas un soucis pour les nôtres qui adorent ça). Ensuite, c’est une viande, grillée au barbecue quand on est dans la « churrasqueira » ( = un grill) ou en sauce. Avec ça, un accompagnement à base de frites ou de pommes de terre au four et du riz plus ou moins frit (oui toujours les 2... histoire d’être bien rassasié !?!) et une petite salade avec tomate et oignons en lamelles pour faire glisser tout ça.

On commande toujours 3 ou 4 soupes mais seulement 2 plats, ça nous suffit largement pour 4 au niveau des quantités. Et encore, on demande parfois des demi-portion (il est commun de voir sur les menus le prix pour le plat entier ou en demi-portion : si vous n'êtes pas un ogre ou que vous n'avez pas un appétit énorme, prenez la demi-portion, conseil d'amie).

DSC_0481

Il y a toujours une panière de petites boules de pain blanc sur la table mais l’eau est toujours servie en bouteille (bien qu’on puisse tout à fait consommer celle du robinet qui est un poil javellisée mais très buvable). On nous apporte souvent des petits amuses gueules : ce n'est pas gratuit, si on les mange on les paye, si on y touche pas on ne les paye pas (mais avec les enfants... autant dire qu'on les a toujours payés jusque lá...). Pour ce genre de repas on s’en sort pour une vingtaine d'euros suivant le restaurant. 
Pour le dessert, soit c'est sur place, soit on file à "pastelaria", la pâtisserie, qui fait le plus souvent café, et on prend un dessert très fortement composé de lait concentré et de jaunes d'oeufs. En fait beaucoup de dessert ou pâtisserie portuguaise sont jaunes. On nous a expliqué que les portuguais gardait les blancs d'oeufs pour blanchir leurs vêtements, et que c'est pour ça qu'il n'y a que, ou majoritairement, des jaunes dans les gâteaux.
Et avec le dessert un café... qu'on prend systématiquement allongé pour O<3 ou au lait pour moi parce qu'il est super fort !


Ils ont des télés partout et elles sont allumées tout le temps

 

tuning-a-vintage-television-set_4460x4460


Toujours dans le registre restauration, on a constaté qu'il y avait tout le temps et partout des télévisions allumées : restaurant, café, pâtisseries... et en général assez fort. Déjà quand on cherchait un appartement on avait été surpris d'en trouver où on nous demandait une grosse caution parce qu’il y en avait dans toutes les pièces. Pour nous qui n'avons pas la télé... Ça aurait dû nous mettre la puce à l’oreille.
Ensuite, quand on est arrivé dans notre Airbnb la première chose qu’on nous a montré c’est la télé (qui était en marche) et la dame s’est vite excusée parce qu’il y avait un problème avec la télécommande. Depuis on a un peu pris l'habitude même si c’est parfois perturbant pour les enfants qui n’ont pas l’habitude et parce que c’est un fond auditif plutôt pénible suivant le programme qui passe (le pire étant les jeux types « La roue de la fortune », un cauchemar !).


On peut encore fumer dans (certains ?) les lieux de restauration 

On fini là avec le registre de la restauration, mais on a été dans une pâtisserie où les gens fumaient. On n'est donc pas resté longtemps, même s'il y avait d'énormes aérations au plafond qui rendait la chose très tolérable. Il y a beaucoup de fumeur et les gens sortent généralement pour fumer sur la terrasse, mais à priori il y a encore des lieux où ça se fait. On n'a pas encore eu l'occasion de parler avec des locaux de la réglementation et des lois en vigueurs à ce sujet, et on ne sait pas si c'est partout et s'il est encore possible de fumer dans d'autres lieux publics.


On gèle dans notre appart

fireplace-close-up-flames_4460x4460

Après avoir vécu 3 ans à Montpellier, O<3 avait déjà établi que le sud ne  prenait pas la peine d’isoler correctement les appartements, alors il pensait bien que ce ne serait pas mieux en descendant encore plus bas. On s'y attendait donc, n'empêche qu'on caille. Effectivement, dans un grand appartement de 100 mètre carré il y a deux chauffages : un dans la grande chambre et un dans un bras du couloir qui mène aux chambres. Les pièces à vivre n'ont donc rien du tout si ce n'est dans le salon une cheminée. On est bien content d’être deux par lits pour ce tenir chaud, mais notre lit maxi king size n’est pas du tout exploité à sa juste valeur !
Notre propriétaire consulté, on est allé acheter du bois … dans une supérette ou en station essence. Et oui c’est là-bas que ça peut se trouver et on en est ravi car depuis on revit dans un appartement bien douillet... voir trop chaud puisque le pépouillou ce met au nudisme ! 


La gestion des déchets nous fait pleurer

DSC_0415 bis

On met tout dans une poubelle et on la descend dans la rue après 19 heures, où elle est ramassée dans la nuit (aux alentours de 22h30). Si vraiment on veut, il y a quelques endroits où on peut apporter le carton ou le verre dans différents containers. Mais il n’y a aucune obligation et notre propriétaire nous a dit qu'apparemment ensuite ils prennent tout et mélange tout dans un même camion ! Il s'agit aussi de mode a priori, puisqu'avant il y avait des grands bacs pour mettre les poubelles. Maintenant c'est à l'air libre (super pour les animaux) mais c'est en cours de changement puisqu'ils sont en train de ré-installer des containers dans les quartiers. On a déjà vu des camions tout mécanisés vider ces containers flambant neufs.
On est à peu près à l’opposer de nos 7 poubelles suédoises et ça ne nous réjouit pas vraiment.

Il y a des crottes de chien par terre sur le trottoir ou dans la pelouse.
Toujours dans le domaine des déchets, on a noté ce phénomène peu réjouissant. J'ai l'impression de faire un bon dans le passé de 20 ans, quand j'allais au collège en ville et que je regardais bien mes pieds pour ne pas arriver embaumantes au bahut.
Les enfants n’ayant pas du tout l’habitude, on a eu droit à quelques chaussures puantes. Mais maintenant qu’il pleut régulièrement ça a pas mal nettoyer (autant voir les points positifs au mauvais temps ;) !).


L’attention portée aux enfants 

DSC_0583

On va finir sur une note plus réjouissante, mais les portugais adorent les enfants. On l'avait lu et constaté lors de nos précédents séjours lorsqu'un serveur, par ailleurs très peu souriant, faisait systématiquement une petite caresse sur la tête des enfants quand ils jouaient dans le couloir et qu'il passait près d'eux. Ou lorsque la caissière du supermarché, bondé à 7 heures du soir, prenait le temps de faire une risette à un pépouillou nase et pleurnichant. Ou encore lorsque les gens faisaient des grimaces aux enfants pour les faire  sourire dans le métro rempli à ras bord en fin de journée.
Mais ça continue et ça se confirme. Pour ça on est plutôt content d'ouvrir nos enfants sur du social et du contact, chose qui n'existe pas en Suède. On est content qu'ils sortent de leur coquille et ne se comportent plus en sauvage face à des étrangers (sans dire qu'ils doivent suivre le premier venu, qu'on soit bien d'accord !). Au début ils faisaient les timides. Maintenant ils rigolent et me disent "oh il m'a touché la tête" quand on croise quelqu'un dans la rue qui leur fait une petite caresse sur la tête au passage ou "oh il a cligne de l'oeil" quand quelqu'un leur fait un petit clin d'oeil. D'ici peu, ils n'y feront probablement plus attention.
Mais c'est rigolo à voir, d'autant que les portugais sont loin d'être tous souriant et avenant au premier abord, mais avec les enfants, pas de soucis, ils leurs pincent le nez et leur sourie au passage sans aucun problème.
Est-ce qu'il s'agit seulement des jeunes enfants ? J'ai l'impression que ça arrive plus au pépouillou qui a 2 ans 1/2, qu'à notre choucroute de 5 ans... Affaire a suivre.

Voilà pour nos premières observations de la vie portugaise. Je ne doute pas que beaucoup d'autres vont émerger dans les mois à venir et on pourra refaire un petit point à l'occasion.

 

26 novembre 2018

Un nouveau départ

Un mariage, deux enfants et voilà que 5 ans sont passés et que je n’ai rien publié. Et pourtant il s’en est passé des choses. Mais le temps, l’envie et la motivation m’ont manqués pour continuer. Il est temps (d’essayer !) de changer tout ça.
Un changement de pays et une interruption temporaire d’activité devrait me permettre de remettre ce blog en route tout en m’aidant à avoir un petit coin pour moi pour faire le point sur notre nouvelle vie.
Car après presque 7 ans en Suède nous voici parti, à 4 cette fois, au Portugal. L’expérience ne devrait durer qu’un an  mais elle vaut certainement le coup qu’on en parle.

O<3 ayant fini son doctorat (ce qui nous avait amené en Suède) la question de la suite se posait.
Il/on a eu la chance d’avoir le choix entre plusieurs options… et un changement de température et de paysage avant de retourner dans la Scandinavie qui nous plaît tant était (d’après nous) la meilleure option. 
"Hej då" donc la Suède et "Bom dia" le Portugal !

 

IMGP6491


Il s’agit de notre choix et nous l’assumons, mais comme tout changement ce n’est pas évident. Voici un premier petit bilan de cette transition.

Cette fois-ci nous n’étions plus deux jeunes diplômés un peu naïf partant la bouche en cœur dans un nouveau pays. Cette fois-là nous partions avec deux jeunes enfants (5 et 2 ans ½) alors nous souhaitions être bien préparé pour éviter au maximum les problèmes et que la transition ce passe au mieux pour eux, pour nous … en fait si, on était encore très naïf !

Après une première visite à Braga et plusieurs discussions avec des locaux, nous savions qu’une fois encore, nous allions galérer pour trouver un logement (vaste problème également en Suède, notamment à Uppsala).
En effet, le Portugal est un pays de propriétaires et, jusqu’à il y a peu de temps, la loi ne protégeait pas bien du tous les propriétaires. Très peu se lançait donc dans la location. Depuis les choses ont changées… Mais il y a aussi une arrivée massive depuis quelques années de brésiliens. Ils quittent leur pays et arrivent avec pas mal d’argent en poche, ce qui a saturer le monde immobilier et fait grimper les prix.
Anticipation donc et prise de contact avec une agence de français établie au Portugal pour nous donner un coup de main. Depuis septembre dernier nous étions à la recherche d’un toit pour notre arrivé en novembre. 
Malgré des visites, des biens réservés, du stress et des grands huit émotionnels, nous n’avions rien de signé à notre arrivée mi-novembre... mais un accord oral avec une super propriétaire d’un appart tout équipé et bien placé. En attendant, nous sommes en transition dans un Airbnb spacieux, un poil froid (mais on y reviendra dans un autre article) mais a la proprio super réactive, qui nous a fait un prix sympa pour 3 semaines en saison creuse. Affaire à suivre donc pour notre installation plus fixe.

 

IMG-20180528-WA0000

 

On s’y est pris en avance pour pouvoir emporter une partie de nos affaires. O<3 s’est occupé de l’étude de prix. C’était cher mais comme nous ne savions pas où nous allions vivre, nous préferions anticiper et emporter quelques affaires et meubles de bases. Au final, là aussi on a passé du temps, de l’énergie et du stress…pour au final partir avec 4 grosses valises de 23 kilos !
E
n effet, il est finalement apparu que pour un an, il ne valait pas le coût (et le risque, on a eu beaucoup de récit de déménagement galère) de transporter plus. Il valait mieux racheter sur place, même neuf, et c’est ce que nous avons fait.

C’est donc avec 4 grosses valises et sans domicile fixe que nous nous sommes envolés pour le sud de l’Europe.

 

IMG-20180530-WA0002

 

Je passe sur toutes les formalités administratives (relative à la santé, aux impôts, à l’école des enfants…), à la transmission de mon cabinet et à la recherche de locataires pour notre appartement en Suède que nous conservons. Mais vous comprendrez que le mois précédent le départ a été bien chargé et qu’une fois la Suède derrière nous, même si il restait encore une grosse part d’inconnue, nous étions content de soufflé:

Il nous reste maintenant à voir comment les portugais vont nous manger...

 

Posté par Lucifaire à 23:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 février 2013

Une envie de chocolat

Trop envie de chocolat. Mais, comment dire, après avoir vécu en Belgique, le chocolat en Suède est vraiment... sans goût, oui disons le franchement. Le chocolat noir pour cuisiner est à ... moins de 50% de cacao, vous avez dit chocolat ?!!

Bref, cuisine au cacao pure, au moins on a le goût du choc. 

Mais la flemme... pas envie de cuisiner 107 ans, mais envie de chocolat maintenant tout de suite. Vive internet : en moins de 5 minutes j'ai pu combler mon envie de chocolat avec un délicieux moelleux/fondant au chocolat, grâce à une recette adaptée de celle-ci.

Pour faire il suffit de prendre un mug et de mettre dedans : 
    - 4 c.s. de sucre en poudre (pour celui de l'homme, 5 pour moi qui voulait un goût plus sucrée)
    - 2 c.s. à sucre de cacao
    - 1 c.s. de farine
    - 1 oeuf
    - 1 c.s. de lait
    - 4 c.s. de beurre fondu (environ 20 g pour deux mugs)

On mélange le tout vigoureusement :

    DSCF6651

1 minute 30 au micro-onde à pleine puissance (un poil plus longtemps si vous l'aimez moins moelleux, il faut y aller à coup de 10 secondes, ça va très vite). Il va gonfler jusqu'à presque sortir de la tasse puis dès qu'on le sort il retombe et ça donne ça :

             DSCF6656

Oui je sais on dirait une mousse au chocolat ou un chocolat chaud, mais dedans :

                        DSCF6657

Miam !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Posté par Lucifaire à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


26 janvier 2013

Le goûter de l'homme

Je ne sais pas si je l'ai déjà évoqué, mais l'homme goûte. Et comme on n'est pas du genre à acheter des paquets de gâteaux et ben il faut les faire, les gâteaux. Nous avons donc tout un arsenal de recettes différentes et pour tous les goûts afin de ne pas se lasser.

Aujourd'hui je vous présente les biscuits à l'avoine, inspirés d'une recette québécoise.
Goûteux, rassasiant, plutôt bien équilibré dans la balance calorie/qualité nutritionnelle, ils ont déjà convaincu l'homme plus une tripotée de copain de passage. 

                   IMGP7813

L'idée étant de faire une bonne boite de biscuit pour la semaine et même d'en congeler une partie histoire d'avoir du stock en cas de goûter impromptu, les proportions sont données pour une quarantaine de biscuit.

    - 100 g beurre fondu 
    - 350 g de sucre
    - 2 oeufs
    - 3 c.s. lait
    - 1 c.c. vanille
    - 230 g de farine
    - 1 c.c. sel
    - 1/2 c.c. bicarbonate
    - 300 g de flocon d'avoine

Faire chauffer le feu à 180°.
Mélanger vigoureusement le sucre et le beurre. Ajouter un à un les oeufs en fouettant bien entre chaque.
Ajouter le lait et la vanille. 
Mélanger la farine avec le bicarbonate et le sel, puis les ajouter. 
Enfin intégrer les flocons d'avoine. Bien brasser. La pâte va se décoller des bords et avoir une texture un peu collante.
Pour les gros gourmands, on peut rajouter des noix concassées et/ou des pépites de chocolat comme dans la recette originale.

            gateau avoine

Former des petites boules à l'aide d'une petite cuillère et les aplatir en formes de galets sur une plaque de cuisson en laissant de l'espace place entre eux, car ils vont gonfler à la cuisson.

                             gateau avoine bis

Faire cuire 12 minutes, les biscuits doivent être encore blonds au milieu et dorés tout autour. Quand ils sortent du four ils sont encore tout mous, mais pas d'inquiétude, ils durciront en refroidissant et deviendront croquant.

                gateau avoine ter

Et voilà, l'homme est équipé pour la semaine.
Bon goûter !

 

Posté par Lucifaire à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 janvier 2013

Pepparkakor

Le pepparkakor c'est la version suédoise du pain d'épice. Mais contrairement à notre version mouelleuse du pain d'épice ici c'est un biscuit sec au goût très épicés bien sûr. Traditionnellement ils sont cuisinés à noël, découpés à l'emporte pièce pour faire des coeurs, sapins, personnages... que l'on décore de glaçage de couleurs, ou alors on le découpe de manière à construire une maison, voir un village pour les plus motivés !

IMGP6556   IMGP6557

"God Jul" signifie "Joyeux Noël".
Et nous on est vraiment des petits joueurs on a utilisé un moule pour avoir la forme et on a eu la main légère pour les décorations. Ici ils font carrément des manoirs qu'ils découpent à la main et ils les décorent en les recouvrant de bonbons.

Pour faire ces délicieux (d'après l'avis des français qui y ont goûtés) biscuits il vous faudra :
    - 100 g de beurre
    - 17 cL de sucre (mélange de sucre blanc et de sucre roux
    - 3 cL de sucre liquide (nommé "Ljus sirup" en Suède)
    - 1 c.c. de gingembre 
    - 2 c.c. de cannelle
    - 1 c.c. de cardamome 
    - 1 c.c. de clou de girofle
    - 1 c.c. de bicarbonate
    - 300 g de farine
    - 7 cL d'eau

Faire fondre le beurre. Y ajouter le sucre et le sirop de sucre, mélanger jusqu´à obtenir une pâte lisse.
Ajouter les épices et le bicarbonate, la farine et l'eau. Mélanger jusqu'à obtenir une boule qui se détache du plat,
Laisser reposer au moins une nuit avant de l'utiliser, afin de laisser le temps aux épices de se mêler et d'imprégner la pâte. 
Ensuite vous avez au moins 15 jours pour l'utiliser, en plusieurs fois si vous le désirez.
C'est ce que j'ai fait, la pâte a été réalisée au début des vacances de noël, puis elle a été utilisée en 3 fois sur les 2 semaines suivantes.
Pour avoir une idée de la quantité de choses que l'on peut faire : nous avons réalisé trois maisons comme celle de la photo + une dizaine de petits biscuits.

IMGP7288

La dernière maison était celle du nouvel an : bonne année  2013 à tous !

 

 

Posté par Lucifaire à 15:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 décembre 2012

Sankta Lucia et Lussekatt

La semaine dernière c'était la sainte Lucie, qui est très célébrée en Suède.
Ce jour-là est élu une "Lucia" et c'est elle qui sera en tête des cortège chantant avec une couronne de bougie sur la tête (imaginé l'état des cheveux, qui sont généralement longs, au bout d'une heure quand ils sont recouverts de cire !!!).

Nous avons eu la chance d'aller au concert de "Sankta Lucia" à domkyrkan (= la cathédrale).
200 enfants âgés de 11 à 17 ans, garçons et filles, tous en longue robe blanche traditionnelle avec une ceinture rouge et une couronne de feuille sur la tête pour les filles. Chacun tient à la main une bougie (électrique pour les plus jeunes) et ils chantent des chants de Noël et de la sainte Lucie pendant plus d'une heure. La cathédrale est plongée dans le noir, les seules lumières étant celles tenues par les enfants : c'est très beau.

                             sainte lucie

LA chanson de la sainte Lucie c'est celle-là (la vidéo n'est pas de nous, mais c'est pour donner une idée, en plus on voit beaucoup mieux les tenus que sur la photo) :

Sankta Lucia

La sainte Lucie n'a pas grand-chose de religieux, c'est surtout une fête célébrant la lumière dans un des moments où il y a le moins de l'année en scandinavie. En témoigne les paroles de la chanson :

     La nuit pesante rôde
     autour de nos maisons.
     Sur la terre que le soleil fuit,
     planent les ombres.  
     Alors dans notre noir logis
     paraît, couronnée de lumière,
     Sainte Lucie, Sainte Lucie.

En cette période de noir on redoute la venue des mauvais esprits et particulièrement Lucifer.
C'est pourquoi pour la sainte Lucie on fait des petits pains appelés des "Lussekatt", le nom se reportant aussi bien à Lucie qu'à Lucifer. Ces petits pains, aussi nommés "saffranskusse", sont des brioches au safran, le safran donnant une couleur jaune à la pâte, le jaune symbolisant la lumière et ainsi on repousse Lucifer ... qui a peur de la lumière ! Technique les traditions suédoises hein ? 

                 lussekatt

Pour environ 45 Lussekatt (ben oui, ces gâteaux sont consommés en très grande quantité pour la Sainte Lucie et pendant les fêtes, donc on en fait beaucoup puis on congèle et on les passe 5 minutes au micro-onde à l'heure du fika = pause café suédoise).

   1 cube de levure boulanger fraîche
   100 g de beurre
   50 cL de lait
   250 g de crème fraîche
   1 g de safran (représente 2 sachets de safran pour le conditionnement suédois, je ne sais pas ce qu'il en est en France et Belgique)
   15 cL de sucre
   1/2 c. c. de sel
   170 cL de farine
   raisins secs
   oeuf

Faire fondre le beurre dans le lait tiédit puis y diluer la levure.
Dans une jatte mélanger tous les ingrédients secs : farine, sucre, safran, sel. Faire un puits et y verser le mélange lait+beurre+levure.
Commencer a mélanger. Quand ça commence à être difficile de mélanger ajouter la crème fraîche. Continuer de mélanger jusqu'à ce que tous les ingrédients soient bien amalgamés.
Laisser reposer la pâte au frais (frigo ou cave) pendant une nuit (ou à défaut une dizaine d'heure au moins).

Le lendemain, préparer un plan de travail recouvert de farine. Découper votre pâte en 4 gros morceaux. Rouler les engros boudins, puis couper les en petits tronçons. Travailler chaque tronçon individuellement pour former vos Lussekatt. Rouler-le en un fin boudin d'une vingtaine de centimètre :

           DSCF6571

Enrouler chaque extrémité vers le centre, une vers le haut, une vers le bas (en forme de S) :

           forme

Poser vos brioches sur une plaque recouverte de papier cuisson. Les Lussekatt ayant deux yeux, placés un raisin sec au centre de chaque rond, n'hésitez pas à les enfoncés un peu, les brioches vont encore gonfler et ils risquent de se faire éjecter à la cuisson ! :

           DSCF6581

Laisser les lever encore une demi-heure sous un torchon propre pendant que vous préchauffez votre four à 200°C.
Fouetter l'oeuf avec une goutte d'eau chaude et badigeonner les Lussekatt de ce mélange avant de les enfourner 8 à 10 minutes (ils doivent être bien dorés).

           DSCF6586

Les Lussekatt se dégustent avec du glögg (la version suédoise du vin chaud, qui se boit avec des raisins secs et des amandes pelées plongés dedans) ou du café !

Posté par Lucifaire à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

07 décembre 2012

Baby blanket pour ptits boys d'automne

Cet automne a vu la naissance de deux ptits mecs dans notre entourage.
Envie de changer un peu de tricot, et de toutes façons ils avaient chacun déjà reçu une paire de petits chaussons avant leur naissance. Du coup un peu de patchwork pour leurs cadeaux de naissance, ça me faisait bien envie.

En farfouillant sur la toile, j'ai trouvé quelques idées qui m'ont bien inspirées notamment l'utilisation du jean que j'ai trouvé à la fois originale et pratique.
Du coup c'est l'homme qui a choisi le tissu à motif et pour le coup il a très bien choisi :

     IMGP6261

Ma photo ne rend malheureusement pas hommage au joli orange flashy de ce tissu, mais les couleurs sont très vives, parfaites pour en mettre plein les mirettes aux bébés tout neuf.

Premier né, premier servi, la première réalisation était pour Adam.

               IMGP5799

Broder dans un bleu très clair, on ne le distingue pas sur les photos, mais son prénom est inscris dans une diagonale de jaune.
Taille de la bête : 1,50 m de long pour 1 m de large. Premier vrai patchwork que je réalisais (et heureusement que maman est une habituée et m'a donné quelques tuyaux plus qu'utile), il m'a donc fallu une bonne semaine pour venir à bout  de la bête. 

    IMGP5803

Le deuxième à pointer son nez a été :

                    IMGP5876

En rouge la broderie ressors bien mieux. Même base, mais un ajout de couleur rouge pour changer un peu. 
Et la forme de celui-ci est carré, il mesure 117 x 117 cm.

           IMGP5875

                        IMGP5878

 Maintenant ils n'ont plus qu'à se vautrer dessus !

 

Posté par Lucifaire à 11:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 décembre 2012

Mon vélo est un monstre

Chose promise, chose due, la neige est donc là depuis quelques jours, avec le froid et le gel qui vont avec, sous un ciel résolument bleu.

     IMGP6115

             IMGP6119

Nous affichons donc une fraîche moyenne de -12°C en journée et de -19°C la nuit (donc à partir de 16h en fait). Et oui parce qu'il fait jour de moins en moins longtemps. Faisons donc un petit jeu, à votre avis quelle heure est-il sur les deux photos précédentes, avec cette belle lumière rasante et toutes ces ombres... ? Dites un peu pour voir...
Et oui, bien sûr, il est midi et demi !

La neige qui tombe toute fine est en parfaite petite étoile c'est très joli : 

  IMGP6116

Mais le froid qui gèle les cheveux et la barbe en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire c'est surtout pénible pour l'homme :

  IMGP6203

Il fait des stalactites !!!
Et on s'est retenu de prendre des photos de nos poils de nez (par pratique à photographier et surement par terrible au niveau du rendu esthétique) qui gèlent allègrement ce qui provoque des sensations très particulières à chaque inspiration (genre les narines font de la résistance et se collent sur elle-même, très étrange).

Bref tout ceci n'explique pas le titre de ce message. Voici donc quelques explications :

                   IMGP6052

Mais kestc'estksa ? 
Prenons un peu de recule.

          IMGP6055

Et oui ce sont nos nouveaux pneus, collection hiver 2012/2013. Ceux-là même qui ont transformé mon gentil vélo de ville à pneus quasi lisses en un monstre à énorme roues crantés et cloutés qui fait "ploc-ploc-ploc" quand je passe sur du goudron mais qui passe sur la neige et surtout sur la glace sans me faire passer par la case hôpital ! YOUPI !!!

               IMGP6208

Le week-end était donc sous le sceau du cambouis puisqu'on a mis les mains dedans histoire de régler complètement nos bécanes et d'être parés pour l'hiver puisqu'on est maintenant parti pour 4 mois de froid, de neige et de glace.


Et donc cette année pas de grosse gamelle sur la glace qui m'emmène droit aux urgences... affaire à suivre ...

Posté par Lucifaire à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,