Un mariage, deux enfants et voilà que 5 ans sont passés et que je n’ai rien publié. Et pourtant il s’en est passé des choses. Mais le temps, l’envie et la motivation m’ont manqués pour continuer. Il est temps (d’essayer !) de changer tout ça.
Un changement de pays et une interruption temporaire d’activité devrait me permettre de remettre ce blog en route tout en m’aidant à avoir un petit coin pour moi pour faire le point sur notre nouvelle vie.
Car après presque 7 ans en Suède nous voici parti, à 4 cette fois, au Portugal. L’expérience ne devrait durer qu’un an  mais elle vaut certainement le coup qu’on en parle.

O<3 ayant fini son doctorat (ce qui nous avait amené en Suède) la question de la suite se posait.
Il/on a eu la chance d’avoir le choix entre plusieurs options… et un changement de température et de paysage avant de retourner dans la Scandinavie qui nous plaît tant était (d’après nous) la meilleure option. 
"Hej då" donc la Suède et "Bom dia" le Portugal !

 

IMGP6491


Il s’agit de notre choix et nous l’assumons, mais comme tout changement ce n’est pas évident. Voici un premier petit bilan de cette transition.

Cette fois-ci nous n’étions plus deux jeunes diplômés un peu naïf partant la bouche en cœur dans un nouveau pays. Cette fois-là nous partions avec deux jeunes enfants (5 et 2 ans ½) alors nous souhaitions être bien préparé pour éviter au maximum les problèmes et que la transition ce passe au mieux pour eux, pour nous … en fait si, on était encore très naïf !

Après une première visite à Braga et plusieurs discussions avec des locaux, nous savions qu’une fois encore, nous allions galérer pour trouver un logement (vaste problème également en Suède, notamment à Uppsala).
En effet, le Portugal est un pays de propriétaires et, jusqu’à il y a peu de temps, la loi ne protégeait pas bien du tous les propriétaires. Très peu se lançait donc dans la location. Depuis les choses ont changées… Mais il y a aussi une arrivée massive depuis quelques années de brésiliens. Ils quittent leur pays et arrivent avec pas mal d’argent en poche, ce qui a saturer le monde immobilier et fait grimper les prix.
Anticipation donc et prise de contact avec une agence de français établie au Portugal pour nous donner un coup de main. Depuis septembre dernier nous étions à la recherche d’un toit pour notre arrivé en novembre. 
Malgré des visites, des biens réservés, du stress et des grands huit émotionnels, nous n’avions rien de signé à notre arrivée mi-novembre... mais un accord oral avec une super propriétaire d’un appart tout équipé et bien placé. En attendant, nous sommes en transition dans un Airbnb spacieux, un poil froid (mais on y reviendra dans un autre article) mais a la proprio super réactive, qui nous a fait un prix sympa pour 3 semaines en saison creuse. Affaire à suivre donc pour notre installation plus fixe.

 

IMG-20180528-WA0000

 

On s’y est pris en avance pour pouvoir emporter une partie de nos affaires. O<3 s’est occupé de l’étude de prix. C’était cher mais comme nous ne savions pas où nous allions vivre, nous préferions anticiper et emporter quelques affaires et meubles de bases. Au final, là aussi on a passé du temps, de l’énergie et du stress…pour au final partir avec 4 grosses valises de 23 kilos !
E
n effet, il est finalement apparu que pour un an, il ne valait pas le coût (et le risque, on a eu beaucoup de récit de déménagement galère) de transporter plus. Il valait mieux racheter sur place, même neuf, et c’est ce que nous avons fait.

C’est donc avec 4 grosses valises et sans domicile fixe que nous nous sommes envolés pour le sud de l’Europe.

 

IMG-20180530-WA0002

 

Je passe sur toutes les formalités administratives (relative à la santé, aux impôts, à l’école des enfants…), à la transmission de mon cabinet et à la recherche de locataires pour notre appartement en Suède que nous conservons. Mais vous comprendrez que le mois précédent le départ a été bien chargé et qu’une fois la Suède derrière nous, même si il restait encore une grosse part d’inconnue, nous étions content de soufflé:

Il nous reste maintenant à voir comment les portugais vont nous manger...