Aujourd’hui parlons de nos premières impressions sur le Portugal après nos deux premières semaines dans le pays.

Comme tout un chacun, au premier abord on a déjà une idée, pour ne pas dire des préjugés, sur ce à quoi on s'attend d'un pays, d'une culture, des personnes peuplant cet endroit.
Ensuite, on se renseigne et on apprend beaucoup de choses grâce à internet et l'expérience d'autres personnes qui y ont voyagé ou vécu.
Avec tout ça on se jette à l'eau dans l'"inconnue" et on voit ce que ça donne.


Un rythme différent

On essaie d’avoir l’esprit large et de ne pas avoir ces fameux préjugés autant que possible. Cependant, on sent bien qu’il y a une forte différence entre le nord et le sud. Ici tout est beaucoup plus… relaxe ? nonchalant ? lent ? Quoi qu’il en soit le rythme n’est pas le même et tout prend plus de temps et semble moins précis. On s'y attendait bien sûr. N’empêche qu'il y a toujours un pas entre ce qu'on a compris et admis intellectuellement et ce qu'on expérimente. N'empêche que quand on est habitué à une certaine réactivité ce n’est pas évident. Ici on attend en moyenne quatre jours avant d’avoir une réponse à des demandes par mail, une livraison peut prendre un jour de plus sans aucune raison, les choses prévues de longue date ne sont pas pour autant organisées au bon moment. Il faut se mettre en mode cool et relâcher le control freak qui est en nous quoi.


La nourriture ici est riche, abondante et peu chère

DSC_0473ok 
On avait déjà fait cette constatation lors de nos premiers séjours, mais ca se confirme. Pour l’instant on vit dans un quartier résidentiel éloigné du centre-ville et il y a deux restaurants de quartier que nous avons beaucoup fréquentés à notre arrivée. Ils proposent deux plats à chaque fois et c’est sur le même modèle : une soupe en entrée (toujours au Portugal), c’est le moment où on mange des légumes (quand ce n'est pas une soupe poulet, bouillon, pâtes !). On nous propose souvent de la mixer pour les enfants car il y a souvent des légumes en morceaux (pas un soucis pour les nôtres qui adorent ça). Ensuite, c’est une viande, grillée au barbecue quand on est dans la « churrasqueira » ( = un grill) ou en sauce. Avec ça, un accompagnement à base de frites ou de pommes de terre au four et du riz plus ou moins frit (oui toujours les 2... histoire d’être bien rassasié !?!) et une petite salade avec tomate et oignons en lamelles pour faire glisser tout ça.

On commande toujours 3 ou 4 soupes mais seulement 2 plats, ça nous suffit largement pour 4 au niveau des quantités. Et encore, on demande parfois des demi-portion (il est commun de voir sur les menus le prix pour le plat entier ou en demi-portion : si vous n'êtes pas un ogre ou que vous n'avez pas un appétit énorme, prenez la demi-portion, conseil d'amie).

DSC_0481

Il y a toujours une panière de petites boules de pain blanc sur la table mais l’eau est toujours servie en bouteille (bien qu’on puisse tout à fait consommer celle du robinet qui est un poil javellisée mais très buvable). On nous apporte souvent des petits amuses gueules : ce n'est pas gratuit, si on les mange on les paye, si on y touche pas on ne les paye pas (mais avec les enfants... autant dire qu'on les a toujours payés jusque lá...). Pour ce genre de repas on s’en sort pour une vingtaine d'euros suivant le restaurant. 
Pour le dessert, soit c'est sur place, soit on file à "pastelaria", la pâtisserie, qui fait le plus souvent café, et on prend un dessert très fortement composé de lait concentré et de jaunes d'oeufs. En fait beaucoup de dessert ou pâtisserie portuguaise sont jaunes. On nous a expliqué que les portuguais gardait les blancs d'oeufs pour blanchir leurs vêtements, et que c'est pour ça qu'il n'y a que, ou majoritairement, des jaunes dans les gâteaux.
Et avec le dessert un café... qu'on prend systématiquement allongé pour O<3 ou au lait pour moi parce qu'il est super fort !


Ils ont des télés partout et elles sont allumées tout le temps

 

tuning-a-vintage-television-set_4460x4460


Toujours dans le registre restauration, on a constaté qu'il y avait tout le temps et partout des télévisions allumées : restaurant, café, pâtisseries... et en général assez fort. Déjà quand on cherchait un appartement on avait été surpris d'en trouver où on nous demandait une grosse caution parce qu’il y en avait dans toutes les pièces. Pour nous qui n'avons pas la télé... Ça aurait dû nous mettre la puce à l’oreille.
Ensuite, quand on est arrivé dans notre Airbnb la première chose qu’on nous a montré c’est la télé (qui était en marche) et la dame s’est vite excusée parce qu’il y avait un problème avec la télécommande. Depuis on a un peu pris l'habitude même si c’est parfois perturbant pour les enfants qui n’ont pas l’habitude et parce que c’est un fond auditif plutôt pénible suivant le programme qui passe (le pire étant les jeux types « La roue de la fortune », un cauchemar !).


On peut encore fumer dans (certains ?) les lieux de restauration 

On fini là avec le registre de la restauration, mais on a été dans une pâtisserie où les gens fumaient. On n'est donc pas resté longtemps, même s'il y avait d'énormes aérations au plafond qui rendait la chose très tolérable. Il y a beaucoup de fumeur et les gens sortent généralement pour fumer sur la terrasse, mais à priori il y a encore des lieux où ça se fait. On n'a pas encore eu l'occasion de parler avec des locaux de la réglementation et des lois en vigueurs à ce sujet, et on ne sait pas si c'est partout et s'il est encore possible de fumer dans d'autres lieux publics.


On gèle dans notre appart

fireplace-close-up-flames_4460x4460

Après avoir vécu 3 ans à Montpellier, O<3 avait déjà établi que le sud ne  prenait pas la peine d’isoler correctement les appartements, alors il pensait bien que ce ne serait pas mieux en descendant encore plus bas. On s'y attendait donc, n'empêche qu'on caille. Effectivement, dans un grand appartement de 100 mètre carré il y a deux chauffages : un dans la grande chambre et un dans un bras du couloir qui mène aux chambres. Les pièces à vivre n'ont donc rien du tout si ce n'est dans le salon une cheminée. On est bien content d’être deux par lits pour ce tenir chaud, mais notre lit maxi king size n’est pas du tout exploité à sa juste valeur !
Notre propriétaire consulté, on est allé acheter du bois … dans une supérette ou en station essence. Et oui c’est là-bas que ça peut se trouver et on en est ravi car depuis on revit dans un appartement bien douillet... voir trop chaud puisque le pépouillou ce met au nudisme ! 


La gestion des déchets nous fait pleurer

DSC_0415 bis

On met tout dans une poubelle et on la descend dans la rue après 19 heures, où elle est ramassée dans la nuit (aux alentours de 22h30). Si vraiment on veut, il y a quelques endroits où on peut apporter le carton ou le verre dans différents containers. Mais il n’y a aucune obligation et notre propriétaire nous a dit qu'apparemment ensuite ils prennent tout et mélange tout dans un même camion ! Il s'agit aussi de mode a priori, puisqu'avant il y avait des grands bacs pour mettre les poubelles. Maintenant c'est à l'air libre (super pour les animaux) mais c'est en cours de changement puisqu'ils sont en train de ré-installer des containers dans les quartiers. On a déjà vu des camions tout mécanisés vider ces containers flambant neufs.
On est à peu près à l’opposer de nos 7 poubelles suédoises et ça ne nous réjouit pas vraiment.

Il y a des crottes de chien par terre sur le trottoir ou dans la pelouse.
Toujours dans le domaine des déchets, on a noté ce phénomène peu réjouissant. J'ai l'impression de faire un bon dans le passé de 20 ans, quand j'allais au collège en ville et que je regardais bien mes pieds pour ne pas arriver embaumantes au bahut.
Les enfants n’ayant pas du tout l’habitude, on a eu droit à quelques chaussures puantes. Mais maintenant qu’il pleut régulièrement ça a pas mal nettoyer (autant voir les points positifs au mauvais temps ;) !).


L’attention portée aux enfants 

DSC_0583

On va finir sur une note plus réjouissante, mais les portugais adorent les enfants. On l'avait lu et constaté lors de nos précédents séjours lorsqu'un serveur, par ailleurs très peu souriant, faisait systématiquement une petite caresse sur la tête des enfants quand ils jouaient dans le couloir et qu'il passait près d'eux. Ou lorsque la caissière du supermarché, bondé à 7 heures du soir, prenait le temps de faire une risette à un pépouillou nase et pleurnichant. Ou encore lorsque les gens faisaient des grimaces aux enfants pour les faire  sourire dans le métro rempli à ras bord en fin de journée.
Mais ça continue et ça se confirme. Pour ça on est plutôt content d'ouvrir nos enfants sur du social et du contact, chose qui n'existe pas en Suède. On est content qu'ils sortent de leur coquille et ne se comportent plus en sauvage face à des étrangers (sans dire qu'ils doivent suivre le premier venu, qu'on soit bien d'accord !). Au début ils faisaient les timides. Maintenant ils rigolent et me disent "oh il m'a touché la tête" quand on croise quelqu'un dans la rue qui leur fait une petite caresse sur la tête au passage ou "oh il a cligne de l'oeil" quand quelqu'un leur fait un petit clin d'oeil. D'ici peu, ils n'y feront probablement plus attention.
Mais c'est rigolo à voir, d'autant que les portugais sont loin d'être tous souriant et avenant au premier abord, mais avec les enfants, pas de soucis, ils leurs pincent le nez et leur sourie au passage sans aucun problème.
Est-ce qu'il s'agit seulement des jeunes enfants ? J'ai l'impression que ça arrive plus au pépouillou qui a 2 ans 1/2, qu'à notre choucroute de 5 ans... Affaire a suivre.

Voilà pour nos premières observations de la vie portugaise. Je ne doute pas que beaucoup d'autres vont émerger dans les mois à venir et on pourra refaire un petit point à l'occasion.